Des décisions qui vont dans le bon sens

Lors de sa session de mars, le Grand Conseil fribourgeois a voté plusieurs adaptations de la Loi scolaire et de la loi sur la pédagogie spécialisée. Participation des parents aux frais scolaires (fournitures et activités scolaires), ouverture d’une classe relais pour le degré primaire et proposition du mercredi après-midi de congé au CO ont notamment été débattues.

 

Participation des parents aux frais scolaires 

Dans le désormais célèbre arrêt du Tribunal fédéral du 7 décembre 2017, les juges fédéraux ont rappelé le droit à un enseignement de base suffisant et gratuit. Aussi, notre canton se devait de prendre des décisions et de modifier les textes législatifs pour se mettre en conformité. La Direction de l’instruction publique tient à garder l’obligation pour les élèves de participer aux activités scolaires, comme les camps, les excursions, les visites culturelles ou les journées sportives. Nous saluons cette volonté. Dès lors, ces activités doivent être gratuites. En ce qui concerne les fournitures scolaires, celles-ci sont refacturées aux parents, selon les montants inscrits dans les différents règlements communaux. Cet encaissement n’est plus possible. Aussi, il fallait trouver une solution. Dès la rentrée 2020, l’État prendra à sa charge la totalité des fournitures scolaires de l’école obligatoire, alors que les communes financeront la totalité des activités culturelles et sportives. Dans l’intervalle, le canton versera une subvention de 75 francs par élève pour les années scolaires 2018/2019 et 2019/2020. En parallèle, un groupe de travail, auquel la SPFF a été conviée, prépare les modalités de la reprise des fournitures par l’État. Un rapport est en cours de rédaction. Nous nous acheminons vers un montant forfaitaire par élève couvrant l’ensemble des besoins, sans oublier le matériel pour les activités créatrices et visuelles, ainsi que les photocopies. 

Une classe relais pour le primaire 

Nous sommes de plus en plus confrontés à des élèves qui présentent de graves difficultés de comportement et qui compromettent de manière importante l’enseignement et le climat de la classe ou de l’établissement. Actuellement, des mesures peuvent être prises au sein de l’établissement, une unité mobile peut intervenir à la demande des directions et pour les situations les plus compliquées, certains élèves peuvent être scolarisés temporairement dans une classe relais, dispositif actuellement réservé aux élèves du cycle d’orientation. Or, les établissements primaires doivent de plus en plus régulièrement faire face à des situations d’élèves problématiques pour lesquels les ressources actuelles sont insuffisantes. Aussi, il a été décidé d’ouvrir une classe relais pouvant accueillir dix élèves au maximum aussi pour le primaire. Nous saluons cette démarche et demandons de suivre cette mise en place afin d’évaluer les besoins et de pouvoir, le cas échéant, ouvrir d’autres structures. 

Le mercredi après-midi congé au CO? 

Deux députés ont déposé une motion visant à accorder le mercredi après-midi de congé aux élèves du CO. Cette idée semblait de prime abord une bonne solution pour permettre aux élèves d’avoir un moment de respiration durant la semaine, de pouvoir pratiquer leurs activités sportives ou artistiques durant cette période, mais aussi aux enseignants de pouvoir se réunir ou avoir des moments de formation. Cependant, les 32 à 34 unités d’enseignement devant être absolument maintenues, celles-ci devraient être réparties sur les 4,5 jours restant, ce qui aurait pour conséquence des journées très chargées. De plus, la disponibilité des infrastructures, la réorganisation des transports scolaires et des repas de midi ou la complexification de la planification horaire sont autant d’écueils qui ne permettent pas de mettre en oeuvre ce projet. Le Grand Conseil a refusé cette motion qui reviendra peut-être sur la table après une étude de faisabilité.

L'accès aux documents est réservé aux abonnés.