J'éduque, donc je lis - 8/2021

J'éduque, donc je lis

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

Philippe Watrelot ( 2021 ). Je suis un pédagogiste. Gommer les clichés, construire une meilleure école. Éd. ESF.

Vous avez dit pédagogiste ? L’auteur, pédagogue ainsi traité, profite de cette étiquette qu’on lui a collée pour déconstruire les clichés et faux débats sur l’École. L’École française certes, mais débats qui n’ont pas été sans faire de mal à la pédagogie en général. L’auteur présente sa manière de voir, en personne touchée, mais non abattue, l’invention « du pédagogisme ». Cette construction idéologique passant par l’invention du discours de l’autre. Il pointe les étapes de la fabrication de ce pédagogiste-épouvantail présenté comme un idéologue pétri de certitudes éducatives, voulant imposer ses théories à l’ensemble de la société. Ce déguisement étant affublé à des acteurs précis, parce que c’est plus facile d’attaquer des personnes que des institutions. Watrelot cite, justement à ses côtés, Philippe Meirieu, le défenseur de la pédagogie le plus attaqué parce qu’osant dénoncer le phénomène.

 

 

2

 

Nadia Veyrié et Catherine Tourrilhes ( dir ). ( 2021 ). Penser la formation en travail social. Champ Social Éds.

Dans un monde en constante insécurité, des personnes se trouvent de plus en plus en situation de vulnérabilité, de fragilité et de souffrance sociale. Les travailleurs sociaux sont devenus indispensables. Or, en France, mais aussi ailleurs, ces personnes qui exercent dans des institutions sociales et médico-sociales ainsi que dans des associations sont des professionnel·les inconnu·es des citoyen·nes. De pair à cette invisibilité sociale, la formation en travail social souffre d’une reconnaissance tardive. Dans sa dimension socio-historique, elle reste symboliquement un espace « à part ». Témoigner des pédagogies singulières pratiquées discrètement dans la formation de ces travailleur·euses et des qualités de réflexibilité qu’elles développent a semblé, avec raison, essentiel aux auteures de ce livre. Comme de faire découvrir leur formation comme un lieu de recherche permanente. Et passionnant.

 

 

3

 

N’autre école. La revue de Questions des Classe( s ). ( 2021 ). Les disciplines et rien d’autres ? N˚ 17.

On le sait, le choix des disciplines enseignées dépend de multiples facteurs, mais reflète dans tous les cas les objectifs idéologiques de la classe dominante pour une population scolaire donnée. D’autant que ces disciplines enseignées servent non seulement à faire acquérir des connaissances idéologiquement choisies, mais aussi à évaluer et à sélectionner. Ce dossier insiste sur ce fait : distinguer des « disciplines fondamentales » et les autres, considérées comme secondaires, répond à un utilitarisme néolibéral organisant le tri des élèves. En témoigner semble nécessaire pour mieux comprendre la pertinence de (se) poser régulièrement la question : quoi enseigner ? quels savoirs socialement utiles et non discriminants ? Poser ces questions permet d’avancer dans la définition d’une école qui ne soit pas celle du tri social, mais celle d’une solidarité sociale, d’une école égalitaire et émancipatrice.

 

 

4

 

Edmée Runtz-Christan et Pierre-François Coen ( 2021 ). Collection de concepts-clés de la formation des enseignantes et enseignants en Suisse romande et au Tessin. Éd. LEP Loisirs et pédagogie SA.

Cette collection de concepts a pris racine au sein du groupe Recherche du CAHR, qui a pour mission de donner à voir la recherche dans le champ de la formation des enseignant·es en Suisse romande et au Tessin. Une collaboration d’acteurs et d’actrices de la formation des enseignant·es a ainsi proposé une liste de concepts-clés et des noms de spécialistes s’y rattachant. L’abondance des sujets proposés a contraint les coordinateur·trices du livre à sélectionner un certain nombre d’entrées, tout en veillant à une bonne représentativité des institutions. Expertise scientifique et intelligibilité s’allient dans l’ouvrage grâce à la mission impossible qui fut donnée aux septante contributeur·trices : définir le concept en le situant dans son contexte théorique, identifier ses enjeux et controverses, son rôle ou son usage dans la formation. Et proposer quelques exemples de recherches ou de pratiques locales … en 6666 signes !

Les numéros complets de la revue, les dossiers pédagogiques et les articles qui les constituent peuvent être consultés par les abonné·es connecté·es.
Faute d’abonnement, il est possible de les obtenir au format PDF. [Numéro ou Dossier : 11 CHF; Article : 2 CHF.]
Si disponibles, des éditions imprimées des numéros de la revue peuvent être commandées à secretariat@revue-educateur.net.

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Lundi, mardi, jeudi, de 08h00 à 16h30 et mercredi matin CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

David Rey, président Tél : 079 / 371 69 74

d.rey@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél : 078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net